• Notre Métier

    Renouvellement mécanisé de voie ferrée

     

                                                                                                                                               Notre Métier

     

    Notre Métier

                                                                                                                                                    Notre Métier

     

     

    Renouvellement mécanisé de voie ferrée

                                                                      Notre Métier

     

    Qu’est-ce qu’un renouvellement
    Un renouvellement de voie ferrée consiste à remplacer tous les éléments constitutifs de la voie
    ancienne :
    • ballast
    • traverses
    • rails
    • dispositifs de fixation des rails sur les traverses (attaches)
    Pourquoi un renouvellement ?
    Le vieillissement de la voie, dû à l’usure, ne permet plus d’obtenir par des méthodes normales
    d’entretien une résistance des éléments de structure et des qualités géométriques convenables.
    Les impératifs nouveaux de performance, de confort et de productivité nécessitent une évolution de la
    structure et de la géométrie.
    Deux unités de production à rendement élevé dénommées « suites rapides »
    • fonctionnant toute l’année
    • réalisant chacune 5 à 6 chantiers par an, soit au total 370 km de renouvellement
    • ayant un rendement moyen d’environ 1 000 m par jour3
    Renouvellement mécanisé de voie ferré

     

     

    Les travaux préparatoires et connexes
    > Éventuels
    • Travaux d’assainissement (amélioration de plate-forme sous voie, amélioration ou création de dispositifs d’écoulement
    des eaux, travaux d’ouvrages d’art…)
    • Travaux à la traversée des gares (quais…)
    • Travaux de remplacement ou de suppression des appareils de voie ( Simplifications d’installations; Pose éventuelle d’IPCS ou ITCS,…)
    > Systématiques
    • Déchargement des rails neufs en attente en longueur unitaire de 400 m.
    • Tronçonnage des rails anciens en longueurs de 48 à 54 m sur les voies équipées de LRS et éclissage provisoire.
    • Dépose des piquets de référence de tracé dans les courbes.
    • Approvisionnement : platelages de passages à niveau, joints isolants collés, éventuellement de menus matériels divers.
    • Décapage de la piste jusqu’au niveau inférieur de dégarnissage

     

     

     

    Notre Métier

     

     

    Dégarnissage
    • Rendement moyen 420 m3/h.
    • Criblage : élimination des éléments <30 et >70.
    • Enregistrement de la profondeur de dégarnissage et des caractéristiques géométriques de la voie.
    • Le pentage du fond de dégarnissage est réglé pour permettre l’évacuation des eaux de la voie vers les fossés
    latéraux.
    • Chargement sur des wagons tombereaux par un système de bandes transporteuses.
    • Calage de la voie dégarnie à l’aide d’une bourreuse-nivelleuse-dresseuse permettant la circulation des trains
    commerciaux à 60 km/h sur la voie non substituée.

     

    Notre Métier

    Notre Métier

     

    Substitution
    • Substitution des traverses et des rails.
    • Rendement moyen 300 m/heure.
    • Approvisionnement des traverses à l’aide de portiques porte palettes à partir de wagons spécialisés. Ces palettes servent
    également à la récupération des traverses de dépose.
    • Les vieux rail sont positionnés en tête de banquette en vue d’être ramassée ultérieurement par longueur de 216 m sur des
    rames spécialisées
    • Distribution, mise en place et serrage des attaches

    Notre Métier

    Déchargement de Ballast
    • La quantité de ballast mise en voie doit être suffisante pour respecter le profil prescrit sur le plan de pose.
    • Elle représente quotidiennement l’approvisionnement de 2 trains chargés de 1 200 t chacun.

     

    Notre Métier

    Notre Métier

    Notre Métier

     

    2ème relevage
    • Le 2ème relevage est effectué à l’aide de deux bourreuses-nivelleuses-dresseuses.
    Cette opération consiste à mettre en place la voie neuve, à hauteur définitive (0 à 2 cm) par passes de 80 mm
    maximum. Elle comprend la stabilisation et le régalage

    Notre Métier

    Notre Métier

     

    Stabilisation - Régalage
    • La stabilisation dynamique permet d’obtenir par vibrations, à l’aide d’un
    stabilisateur, un vieillissement artificiel et une assise de la voie
    équivalente à la circulation de 100 000 tonnes. Le régalage consiste à
    mettre en place le ballast à son profil définitif.
    • Ces opérations permettent d’admettre la circulation des trains
    commerciaux à 100 km/h.
    • Restent à effectuer les travaux de libération de contraintes dans les
    LRS, de nivellement complémentaire et de finitions.

    Notre Métier

    Notre Métier

     

    Libération des contraintes
    • Les variations de températures doivent avoir un
    effet nul sur la longueur des rails.
    • L’ancrage des traverses dans le ballast et la
    fixation des rails sur les traverses s’opposent à
    toute dilatation et à toute contraction, mais
    génèrent des contraintes internes.(1T/m de voie)
    • L’opération de libération a pour but de fixer la
    totalité du long rail soudé (LRS) à une température
    de référence située dans une plage moyenne (20°
    à 32°). Cette plage moyenne a été déterminée
    pour tenir compte des températures extrêmes
    auxquelles est soumis le rail, tant pour les
    températures positives que négatives, afin
    d’assurer en permanence l’équilibre du système.

    Notre Métier

    Notre Métier

     

    Nivellement complémentaire
    • Il s’agit de la passe finale de nivellement et de dressage
    exécutée par bourreuse-nivelleuse-dresseuse qui permet
    la circulation des trains à la vitesse autorisée sur la ligne.
    • L’optimisation de la qualité du tracé est recherchée à l’aide
    du système DAO (Dressage Assisté par Ordinateur)
    installé sur la bourreuse.

    Notre Métier

    Notre Métier

     

    Notre Métier